• lemardeleydiet

Comment gagner en souplesse avec l'alimentation?

Dernière mise à jour : janv. 16

Dans ce post je parlerai uniquement de la souplesse, et non pas d'autres performances sportives, pour mieux me pencher sur les pratiques à adopter pour optimiser ses résultats.


La souplesse peut être un objectif dans certains sports, et inversement la pratique sportive permet de gagner en souplesse. Par exemple, en danse classique, l'échauffement est primordial, de même que le travail à la barre qui permet ensuite, dans la seconde partie du cours, de profiter d'une souplesse maximale pour danser. Force et souplesse sont deux composantes importantes de ce sport.



Afin d'accroître ses résultats, peut-on privilégier certains aliments? Que puis-je manger pour gagner en souplesse?


Point numéro 1: Une bonne hydratation


Oui, c'est bien le point numéro 1. Une bonne hydratation va permettre un étirement optimal et la réduction de risque de crampe, d'élongation, bref de blessure. L'eau est là pour transporter le glucose et l'oxygène vers les muscles. Ainsi, avant une séance de sport, penser à bien s'hydrater tout au long de la journée, on peut faire de savants calculs ou simplement conseiller de boire au moins 1,5 L d'eau par jour, au minimum, et boire un verre d'eau 15 minutes avant le début de l'entraînement, et ensuite pendant la séance de sport. Il vaut mieux s'hydrater régulièrement avec de petites quantités d'eau, pour ne pas gêner les mouvements et avoir un trop gros apport hydrique d'un coup.

De plus, une bonne hydratation est, rappelons-le, extrêmement importante pour que le métabolisme fonctionne correctement, pour éviter aussi la rétention d'eau, les maux de tête, les problèmes rénaux, etc. Bien s'hydrater permet aussi d'avoir une plus belle peau.



- Une alimentation variée et source de vitamines


L'alimentation idéale pour entretenir la souplesse est une alimentation équilibrée. Je ne vous apprendsrien, mais quelques points sont intéressants à être rappelés:

- Un apport régulier en protéines de bonne qualité (animales et végétales, voir l'article sur les légumineuses) permettra de réparer le muscle, qui peut être un peu malmené par les étirements. Dans ce travail d'étirement, les plus anciennes fibres musculaires vont lâcher, pour en laisser de nouvelles se reconstruire, de nouvelles fibres plus souples et plus étirables.


- Les vitamines sont importantes: La vitamine A permet, en se dégradant, de venir nourrir le muscle, la vitamine C a un rôle sur le collagène des muscles, les vitamines du groupe B aide au métabolisme des protéines et à la production de globules rouges.


On trouve la vitamine A dans le beurre, donc pensez aux 10 g de beurre chaque matin sur vos tartines, ou consommé d'une autre manière (mais toujours cru, pas cuit!)

Vous trouverez la vitamine C dans les fruits et légumes, si possible frais, et si possible aussi, avec peu de kilomètres au compteur. (Dans la mesure du possible, car il est évident que les mangues, ananas et litchis viennent forcément de loin..)

Après la A et la C, il faut aussi parler de la vitamine E, pour que le trio "anti-oxydant" soit complet: les fameuses vitamines "A-C-E".

Enfin, pour les vitamines du groupe B, celles qui nous intéressent le plus sont la B6 et la B12, et on en trouve surtout dans la viande et les produits de la mer (poissons, crustacés), et aussi les produits laitiers. Ce sont des vitamines qui ont un rôle dans le métabolisme du muscle.

Vous noterez également que la vitamine D est aussi importante car elle stimule les muscles: une carence en vitamine D est donc délétère pour la souplesse. Or, il faut savoir qu'une carence en vitamine D est présente chez environ 80% de la population, peu de doutes que vous y échappiez, surtout dans nos contrées où le taux d'ensoleillement, est, osons-le dire, pas jojo. Elle se trouve également dans la sardine, le maquereau, le hareng, le saumon, les oeufs, le lait et les produits laitiers, les abats...) mais les apports alimentaires seuls ne parviennent pas à assurer les besoins de chacun. Il est donc conseillé de faire le point avec son médecin traitant pour une prescription de vitamine D en ampoule,, à prendre en une seule fois, ou à prendre quotidiennement, pour un apport un peu plus "régulier" et physiologique.



- Aspect non-diététique: le repos


En effet, le repos n'est pas un aspect diététique mais relevant plutôt des habitudes de vie.

Je lisais récemment un témoignage de la danseuse-étoile Dorothée Gilbert, pour qui la souplesse n'a jamais été un acquis, mais un travail quotidien. Elle déclare dormir chaque nuit entre 8 et 9h, ce qui correspond aux besoins de sommeil de la population adulte.

De plus, en dormant selon ses besoins, les sensations de faim et de satiété sont mieux régulées. A contrario ces signaux de faim sont déréglés par le manque de sommeil, les infirmières de nuit et les hôtesses de l'air pourront vous le confirmer. Le grignotage va généralement de préférence vers les aliments gras et sucrés, donc il y a un intérêt évident à contrecarrer l'envie de grignoter due au déficit de sommeil. Franchement, ça donne envie de se lover contra son oreiller et de bouder Netflix. Ou pas. En tout cas, sachez-le, dormir correctement accroît vos capacités sportives.



En conclusion, l'alimentation a un rôle à jouer pour gagner en souplesse, en plus de la régularité des exercices et d'objectifs de souplesse adaptés.



Magali Le Mardeley diététicienne Compiègne

consultation diététicienne Compiègne



44 vues0 commentaire